16-11-09

Pétition de Soutien à Marcel Vervloesem


Marcel_nieuwsblad_001

'Nous réactualisons cette pétition en tenant compte de l’actualité dramatique de ce mois de septembre 2008 pendant lequel Marcel VERVLOESEM, condamné à la prison, en première instance et en appel, a entamé une nouvelle grève de la faim, de la soif et de ses médicaments. Nous vous renvoyons à l’article du 7 septembre 2008 Comment on détruit un homme'.


Samedi 21 mai 2005,

Marcel Vervloesem, bien connu pour la lutte constante qu’il mène, au sein de l’asbl « Werkgroep-Morkhoven » contre la pédo-criminalité a été arrêté à la fin du mois d’avril et mis en détention préventive dans la prison de Turnhout où il a entammé une grève de la faim. Il ne peut recevoir de visite mais quelques autres détenus lui sont venus en aide.

Ainsi, après avoir dénoncé, pendant plusieurs années, l’inertie des autorités judiciaires dans la lutte contre la pédo-criminalité dont il a recuelli patiemment et systématiquement les preuves, c’est lui qui se retrouve en prison sous le coup de plaintes déposées, en 2005, par trois jeunes de son voisinage qui l’accusent de viol, ce qu’il nie formellement. 

Sur ces plaintes nous ne pouvons nous prononcer. Ce qui ne simplifie pas notre position.

Mais nous voulons attirer l’attention sur le contexte général des relations conflictuelles qui existent depuis plus de dix ans entre Marcel Vervloesem et le parquet de Turnhout qui, en 1999, a inculpé ce dernier de détention illégale de matériel pédo-pornographique !

Il faut se souvenir qu’en juin 1998, Marcel Vervloesem avait obtenu d’un pédophile repenti, Gerrit Ulrich - qui fut tué quelques semaines plus tard- un cd-rom prouvant l’existence d’un site d’échange de photos pédo-pornographique à Zandvoort, en Hollande. Ce matériel fut remis aux autorités judiciaires belges en juillet 1998.

Prenant prétexte d’une première série de plaintes déposées en 1998,par des voisins accusant Marcel Vervloesem de pédophilie, plaintes, qui à l’analyse se révèlent caduques (voir notre article Marcel Vervloesem : Intimidations et harcèlements judiciaires) et montées sous pression et chantages (Marcel Vervloesem accepte de passer au détecteur de mensonge pour que toute la lumière se fasse sur ces plaintes), le parquet de Turnhout a chargé Marcel Vervloesem de l’accusation de détention de matériel pédo-pornographique pourla période précédent la remise des CD-Roms dits « de Zandvoort », et pour une autre période plus récente (mars 2001) mais qui se situe, elle, après la remise de 18 CD-Roms au parquet de Neufchâteau !

La leçon est claire : « Que les citoyens cessent de s’inquiéter de l’existence sur Internet et ailleurs de la pédo-criminalité organisée ! »
Et l’on se demande toujours ce que les autorités judiciaires ont fait de ce matériel. Le parquet de Neufchâteau n’étant pas en cause, puis que sur ordre de Mme Thily, alors procureur général de Liège, ce matériel a été transféré au parquet de ...Turnhout !
Alors que nous savons que d’autres pays ont pris le problème très au sérieux, puisqu’il y a quelque jours nous apprenions par le journal Le Monde ( 6/05/05) qu’un vaste coup de filet ( opération « Callidus ») avait permis d’appréhender une centaine de personnes dans huit pays de l’Union européenne, Italie, Suède, Danemark, Pologne, Norvège, Malte ? Pays-bas, France...) tiens ? pas la Belgique !
Et cette opération a été rendue possible grâce à un nouveau logiciel ( Le LogP2P) qui permet d’identifier les internautes au moment où ils chargent des photos pédo-pornographiques sur leur ordinateur. Et ce qui est important c’est que la police française va analyser toutes les photos recueillies grâce à des moteurs de recherches spécialisés branchés sur une immense base de donnée de plus de 500 000 photos, en comparant les victimes, les lieux, les décors les éclairages et la texture des photos. Cette méthode et une banque de donnée similaire existe déjà depuis au moins cinq ans en Suède.
Et en Belgique, on ne sait toujours pas ce que font les autorités judiciaires avec les photos d’enfants abusés, et souvent torturés, colléctées lors des perquisitions. La dernière réponse que nous avons reçues était : « on les garde dans les greffes ( séparés) de chaque arrondissement judiciaire selon l’endroit où elles ont été saisies ! »

De sorte que la pétition de soutien au travail de Marcel Vervloesem que nous avions rédigées dès mars 2002, est toujours et encore de très grande actualité.

Nous ne demandons pas aux lecteurs qui consultent cet article pas de se prononcer sur les plaintes dont Marcel Vervloesem est l’objet. 
Mais au moins, en signant cette pétition, rédigée le 6 juin 2002, d’interpeller les autorités judiciaires de ce pays sur la volonté de faire le travail d’enquête indispensable sur les preuves photographiques de l’existence de la pédo-criminalité. dans notre pays et d’y consentir les moyens nécessaires.
Si cela avait été entrepris, avant que l’opinion publique ne s’émeuve dramatiquement en apprenant que cette criminalité existait bel et bien, des citoyens comme Marcel Vervloesem n’auraient pas fait ce travail à leur place et Marcel Vervloesem ne serait actuellement pas en prison en train de faire la grève de la faim.

Au 31 ème jour de sa grève de la faim à la prison-hôpital de Bruges, Marcel Vervloesem a décidé de recommencer à s’alimenter. 

http://www.wittecomitesblancs.be/article.php3?id_article=103

Photo: Marcel Vervloesem - action à Anvers

De commentaren zijn gesloten.