12-04-10

BELGIQUE ET SUÈDE - Prince Reginald de Croy

N° 4625.

BELGIQUE ET SUÈDE

Echange de notes comportant un accord relatif

aux documents d'identité du personnel des

aéronefs. Stockholm, le i5 juin 1937.

Texte officiel français communiqué par le ministre des Affaires étrangères de

Belgique. L'enregistrement a eu lieu le 19 août 1939.

BELGIUM AND SWEDEN

Exchange of Notes constituting an Agreement

regarding Documents of Identity for Air

craft Personnel. Stockholm, June i 5th, 1937.

French official text communicated by the Belgian Minister for Foreign Affairs.

The registration took place August igth, 1939.

78 Société des Nations — Recueil des Traités. 1939

No 4625. — ÉCHANGE DE NOTES *

ENTRE LES GOUVERNEMENTS

BELGE ET SUÉDOIS COMPOR

TANT UN ACCORD RELATIF

AUX DOCUMENTS D'IDENTITÉ

DU PERSONNEL DES AÉRO

NEFS. STOCKHOLM, LE 15 JUIN

1937-

TRADUCTION. — TRANSLATION.

No. 4625. — EXCHANGE OF NOTES 1

BETWEEN THE BELGIAN AND

SWEDISH GOVERNMENTS CON

STITUTING AN AGREEMENT

REGARDING DOCUMENTS OF

IDENTITY FOR AIRCRAFT PER

SONNEL. STOCKHOLM, JUNE

I5TH, 1937. .

I. I.

N° 919/38.

STOCKHOLM, le 15 juin 1937.

MONSIEUR LE MINISTRE,

J'ai l'honneur de porter à la connaissance de

Votre Excellence gué le Gouvernement belge

reconnaîtra, à partir du Ier juillet 1937, comme

documents d'identité tenant lieu de passeport,

les brevets d'aptitude et les licences dont seront

porteurs les membres suédois du personnel de

service des aéronefs des lignes régulières sué

doises de navigation aérienne immatriculés en

Suède.

Ces brevets d'aptitude et ces licences seront

reconnus comme documents d'identité suffisants

pour permettre aux membres du personnel en

question l'entrée, par la voie des airs dans le

territoire de la Belgique, du Congo belge et du

Ruanda-Urundi.

La présente note et celle de Votre Excellence

de la même date et d'une teneur similaire seront

considérées comme constituant l'accord conclu

en cette matière.

Les dispositions de cet accord n'exempteront

pas, toutefois les titulaires de brevets d'aptitude

ou de licences de l'obligation de se conformer

aux règlements sur l'immigration en vigueur au

lieu de leur arrivée.

D'autre part, le bénéfice de l'accord sera

limité, dans tous les cas, aux personnes qui ne

seront pas des immigrants interdits aux termes

No. 919/38.

STOCKHOLM, June x$th, 1937.

YOUR EXCELLENCY,

I have the honour to inform Your Excellency

that the Belgian Government will, as from

July ist, 1937, recognise as documents of iden

tity in lieu of passports the certificates of com

petency and licences produced by Swedish

members of the flying staff of aircraft belonging

to regular Swedish air transport lines and regis

tered in Sweden.

Such certificates of competency and licences

will be recognised as documents of identity

enabling members of the flying staffs in question

to enter by air the territory of Belgium, the

Belgian Congo and Ruanda-Urundi.

The present note and Your Excellency's note

of the same date in a similar sense will be

regarded as constituting the Agreement arrived

at in this matter.

The provisions of the present Agreement will,

however, not exonerate holders of certificates

of competency or of licences from the obligation

to comply with the immigration regulations in

force at the place of arrival.

Furthermore, the benefit of the present Agree

ment will in all cases be limited to persons

whose entry is not prohibited under the terms

1 Entré en vigueur le 15 juin 1937. 1 Came into force June 1937.

Î939 League of Nations — Treaty Series. 79

des règlements sur l'immigration en vigueur au

lieu d'arrivée.

Je saisis cette occasion, Monsieur le Ministre,

pour renouveler à Votre Excellence les assu

rances de ma très haute considération.

(S.) Prince DE CROY.

Son Excellence Monsieur R. J. Sandier,

Ministre des Affaires étrangères, etc.,

Stockholm.

IL

MINISTÈRE

DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES.

PRINCE,

STOCKHOLM, le 15 juin 1937.

J'ai l'honneur de porter à votre connaissance

que le Gouvernement du Roi reconnaîtra à

partir du Ier juillet 1937, comme documents

d'identité tenant lieu de passeport, les brevets

d'aptitude et les licences dont seront porteurs

les membres belges du personnel de service des

aéronefs des lignes régulières belges de naviga

tion aérienne immatriculés en Belgique, au

Congo belge et au Ruanda-Urundi.

Ces brevets d'aptitude et ces licences seront

reconnus comme documents d'identité suffisants

pour permettre aux membres du personnel en

question l'entrée, par la voie des airs, dans le

territoire de la Suède.

La présente note et la vôtre de la même date

et d'une teneur similaire seront considérées

comme constituant l'accord conclu en cette

matière.

Les dispositions de cet accord n'exempteront

pas, toutefois, les titulaires de brevets d'apti

tude ou de licences de l'obligation de se con

former aux règlements sur l'immigration en

vigueur au lieu de leur arrivée.

_ D'autre part, le bénéfice de l'accord sera

limité, dans tous les cas, aux personnes qui ne

seront pas des immigrants interdits aux termes

des règlements sur l'immigration en vigueur au

lieu d'arrivée.

Je saisis cette occasion pour vous offrir,

Prince, les assurances de ma haute considération.

(s) Richard SANDLER.

Son Altesse Sérénissime

le prince Reginald de Croy,

Envoyé extraordinaire

et Ministre plénipotentiaire

de S. M. le Roi des Belges.

No. 4635

of the immigration regulations in force at the

place of arrival.

I avail myself of this opportunity, etc.

(Signed) Prince DE CROY.

His Excellency Monsieur R. J. Sandier,

Minister for Foreign Affairs, etc.

Stockholm.

MINISTRY

OF FOREIGN AFFAIRS.

II.

SIR,

STOCKHOLM, June i^th, 1937.

I have the honour to inform you that His

Majesty's Government will, as from July ist,

1937, recognise as documents of identity in

lieu of passports the certificates of competency

and licences produced by Belgian members of the

flying staff of aircraft belonging to regular

Belgian air transport lines and registered in

Belgium, the Belgian Congo or Ruanda-Urundi.

Such certificates of competency and licences

will be recognised as documents of identity

enabling members of the flying staffs in question

to enter Swedish territory by air.

The present letter and your letter of the

same date in a similar sense will be regarded

as constituting the Agreement arrived at in this

matter.

The provisions of the present Agreement will,

however, not exonerate holders of certificates of

competency or of licences from the obligation

to comply with the immigration regulations in

force at the place of arrival.

Furthermore, the benefit of the present

Agreement will in all cases be limited to persons

whose entry is not prohibited under the terms

of the immigration regulations in force at the

place of arrival.

I avail myself of this opportunity, etc.

(Signed) Richard SANDLER.

His Serene Highness

Prince Reginald de Croy,

Envoy Extraordinary

and Minister Plenipotentiary

of His Majesty the King of the Belgians.

http://untreaty.un.org/unts/60001_120000/19/34/00037670.pdf

Commentaren

Genealogie On trouve les premières traces de la Maison de CROY au XIIéme siècle, en Picardie. La Seigneurie de CROY fut élevée au rang de Duché par le Roi Henri IV en juin 1598, droit confirmé par Louis XV en 1768. Plusieurs branches se développèrent jusqu'au milieu du XVIIIéme siècle. En 1767, il ne restait plus que la branche de CROY-SOLRE, toutes les autres étant éteintes.

Ce sont les 3 fils d'Auguste, Duc de CROY (dernier survivant à cette époque de la famille) qui fondèrent les branches actuelles : celles de CROY-DULMEN, de CROY-SOLRE et celle d'Autriche ; chaque branche est ramifiée en plusieurs sous-branches. La branche de CROY-DULMEN reçut la qualification d'Altesse Sérénissime en 1825, distinction étendue à tous les autres membres de la famille en mars 1833. On trouve à ce jour les branches de France, de Belgique, de Bohême, de Westphalie et d'Autriche.
Le chef de famille est actuellement le Duc de Croÿ qui vient célérer en 2004 ses 90 ans. Il vit en Westphalie.

Généalogie de la branche belge
Cliquez sur l'écusson pour voir l'arbre généalogique
Princes de CROY et Princesses de CROY-ROEULX : rameau belge

Cette branche de la maison de Croÿ établie en Belgique, obtint une reconnaissance de noblesse du roi des Belges, le 2 janvier 1933, avec autorisation de porter le titre de Prince et la qualification d'Altesse Sérénissime pour toute leur descendance, et le 27 octobre 1947, le roi des Belges, Léopold III autorisa une branche à ajouter " de Roeulx " au nom illustre de Croÿ.
19° Génération
Enfants d'Auguste de Croÿ et d'Anne de Rochechouart :
-...............
- Ferdinand.

- S.A.S Ferdinand de Croÿ, Prince de Croÿ et de Solre, naquit à Aix-la-Chapelle (Allemagne), le 31 octobre 1791. Il entra dans la carrière militaire et mit son épée au service du roi des Pays-Bas qui en fit un général major. Il fut nommé colonel du régiment de hussards de son nom. Il devint aide de camp du Prince d'Orange à la bataille de Waterloo, en 1815. Après la célèbre défaite de Napoléon I°, le roi Louis XVIII l'envoya à La Haye, chargé d'une mission auprès du Duc de Wellington. En 1847, il vendit son château de Pèruwelz à Charles Tondreau. Il mourut au Roeulx, le 4 septembre 1865, et fut inhumé à Havré. Il épousa au Roeulx, le 3 septembre 1810, sa cousine germaine. Constance de Croÿ, Princesse de Croÿ et de Solre, fille d'Emmanuel de Croÿ. Prince de Croÿ et de Solre, et d'Adélaïde de Croÿ, Duchesse de Croÿ et d'Havré. Elle mourut au château du Roeulx, le 2 décembre 1869, et fut inhumée à Havré.
Iconographie : Portrait du prince Ferdinand de Croÿ (collection château du Roeulx).

20° Génération
Enfants de Ferdinand de Croÿ et de Constance de Croÿ-Solre :
- Emmanuel-Ferdinand-Constantin-Gaston-Victorien-Auguste,
- Augusta-Adélaïde-Emmanuelle-Constance,
- Maximilien-Louis-Emmanuel-Victor-Joseph,
- Juste-Marie-Ferdinand.

- S.A.S Emmanuel de Croÿ, Prince de Croÿ et de Solre, Grand d'Espagne de 1ére classe, naquit à Bruxelles, le 13 décembre 1811. Il se brouilla avec son fils aîné pour une dette importante et pour un mariage en non-égalité de naissance. Il mourut au château du Roeulx le 16 janvier 1885, et fut inhumé à Havré, Il épousa à Dülmen, le 14 juillet 1841. S.A.S Léopoldine de Croÿ, Princesse de Croÿ, fille de S.A.S Alfred de Croÿ, Duc de Croÿ, et de S.A.S Eléonore de Salm, Princesse de Salm-Salm.
- S.A.S Augusta de Croÿ, Princesse de Croÿ et de Solre, naquit à Bruxelles, le 7 août 1815. Elle mourut à Clèves (Allemagne), le 10 mars 1886, et fut inhumée à Anholt. Elle épousa à Roeulx, le 13 juin 1836, - S.A.S Alfred-Constantin-Alexandre-Ange-Marie, Prince de Salm-Salm (né le 27 décembre 1814), fils de S.A.S Florentin, Prince de Salm-Salm, et de Flaminia Rossi. Il mourut à Anholt (Allemagne), le 5 octobre 1886. (Descendance : Salm-Salm, Crov, Lucchesi-Palli, Wolff-Metternich, etc.)
- S.A.S Maximilien de Croÿ, Prince de Croÿ et de Solre, naquit à Bruxelles le 21 janvier 1821. Il fut désigné par testament, héritier et successeur des titres de son parent, le dernier duc d'Havré. Il mourut sans avoir contracté d'alliance, au Roeulx le 13 octobre 1865, et fut inhumé à Havré.
- S.A.S Juste de Croÿ, Prince de Croÿ et de Solre, naquit à Paris le 19 février 1824. Il mourut à Bruxelles, le 7 décembre 1908, et fut inhumé à Havré. Il épousa à Bruxelles le 28 septembre 1854, Madeleine-Joséphine, Comtesse d'Ursel (née à Bruxelles le 17 septembre 1833), fille de Léon, 5° duc d'Ursel, Président du séfiat de Belgique, et de Sophie-Madeleine-Marie d'Harcourt-Beuvron. Elle mourut à Bruxelles, le 18 avril 1885, et fut inhumée en la crypte de la chapelle de Notre-Dame du Bonvouloir à Havré.

Gepost door: Mork | 12-04-10

Genealogie 2 21° Génération
Enfants d'Emmanuel de Croÿ et de Léopoldine de Croÿ :
- Alfred-Emmanuel,
- Edouard-Gustave-Louis-Emmanuel,
- Gustave-Fernand-Guillaume-Alfred,
- Emma.

- S.A.S Alfred-Emmanuel de Croÿ, Prince de Croÿ et de Solre, naquit à Dülmen, le 18 mars 1842. Il se destina à la diplomatie et fut docteur en sciences politiques et administratives. Il fut nommé attaché de légation le 9 novembre 1864, puis envoyé en mission en Russie pour notifier le décès du roi Léopold I° et l'avènement de Léopold II, Le 9 décembre 1866, il fut nommé secrétaire de légation de 2° classe à Vienne le 30 décembre 1868, secrétaire de légation de 1° classe à Paris, puis à Londres le 13 novembre 1872. Sur sa demande, il fut mis en congé illimité le 18 janvier 1875. Il reçut de son père la terre d'Havré et celle de Solre-le-Château. Il mourut à Bruges (Belgique), le 21 mai 1888, et fut inhumé à Havré. Il épousa à Londres (Grande-Bretagne), le 12 janvier 1875, Elisabeth-Marie Parnall (née à Landhearn, Angleterre, le 29 décembre 1855), fille de Charles-Samuel Parnall, et d'Elisabeth Helgar Simmonds. Elle acheta le château de Bellignies qui avait déjà appartenu dans le passé aux Croÿ. Elle mourut au château de Bellignies (Nord), le 7 septembre 1912, et fut inhumée à Clarfavt. (Nord)
- S.A.S Edouard de Croÿ, Prince de Croÿ et de Solre, naquit au Roeulx, le 23 septembre 1843. Il se fixa au Roeulx. Il mourut sans avoir contracté d'alliance à Saffig (Prusse rhénane), le 3 avril 1914, dans l'établissement des Frères charitables, et fut inhumé à Havré.
- S.A.S Gustave de Croÿ, Prince de Croÿ et de Solre, naquit à Dülmen le 19 mai 1845. Il reçut de son père le Roeulx d'une valeur de 4.271.000 francs. Il mourut au Roeulx, le 3 septembre 1889. Il épousa à Paris, le 18 juin 1868, Eugénie-Louise de Croix (née à Paris le 28 mars 1842), fille de Charles, Comte de Croix, et d'Amélie de Tournon-Simiane. Elle mourut au château de Drée, à Curbigny le 6 mai 1916.
- S.A.S Emma de Croÿ, Princesse de Croÿ et de Solre, naquit au Roeulx le 27 février 1858. Elle mourut sans avoir contracté d'alliance, à Pau, en février 1934.

22° Génération
Enfants d'Alfred de Croÿ et d'Elisabeth Parnall :
- Marie-Elisabeth-Louise,
- Réginald-Charles-Alfred,
- Léopold-Marie-Charles-Edouard-Emmanuel.

- S.A.S Marie de Croÿ, princesse de Croÿ et de Solre, naquit à Londres (Grande Bretagne) le 26 novembre 1875, Elle eut une conduite héroïque pendant la première guerre mondiale et fut une des compagnes de lutte d'Edith Cavell. Elle créa un réseau d'espionnage en faveur des alliés contre l'occupant allemand, Le comte de Brocqueville écrivait dans la préface de l'ouvrage de la princesse : " Je me garderai de heurter votre modestie en vous disant ce que je pense de leur auteur : vos actes de guerre relèvent d'un idéal de charité et de patriotisme que je craindrais d'amoindrir en le caractérisant, Votre âme trouve trop haut la source de son action pour ne pas se passer aisément du témoignage et de la gratitude humaine ". A la fin de la guerre, toutes les municipalités du canton de Bavay signèrent de concert une pétition pour demander que la princesse fût citée à l'Ordre de l'Armée. Le haut commandement militaire belge leur donna satisfaction en ces termes : " A rendu des services exceptionnels au cours de la campagne. A été condamnée à dix ans de travaux forcés par les Allemands ". Elle organisa au château de Bellignies un réseau dans le but d'aider les soldats et officiers anglais coupés de leurs unités à gagner la Hollande puis leur pays. On conduisait de nuit à Bellignies ces hommes traqués et épuisés jusqu'à une cachette secrète de la tour où ils reprenaient des forces avant d'être confiés à des passeurs. Ces expéditions se prolongèrent jusqu'à l'arrestation de Miss Edith Cavell, qui était en contact avec la Princesse de Croÿ. Arrêtée, elle fut déportée en Allemagne et condamnée à la prison à perpétuité. Elle fut enfermée dans la prison de Siegberg. Alphonse XIII, roi d'Espagne et Mgr Pacelli, alors nonce à Munich, intervinrent auprès de l'empereur Guillaume II pour la faire relâcher. Elle refusa, à moins que ces compagnes le soient avec elle. Elle revint épuisée par son incarcération en 1918. Elle assista au défilé de la victoire. Elle resta très liée avec la reine Elisabeth de Belgique et la reine Mary d'Angleterre. Elle fut notamment nommée chevalier de la Légion d'honneur avec Croix de guerre, Chevalier de l'Ordre de Léopold de Belgique, Officier du British Empire OBE, etc. Elle eut la même conduite en 1940, cachant le général Giraud évadé d'Allemagne. Elle fut arrêtée à Lille pour avoir aidé des prisonniers cachés chez elle. On lui doit un livre de " Souvenirs ". Elle mourut sans avoir contracté d'alliance, à Saint-Benin d'Azy (Nièvre), le 20 juin 1968.
- S.A.S Léopold de Croÿ, Prince de Croÿ et de Solre, naquit à San Remo (Italie) le 20 février 1877. Il fit la guerre de 1914-1918 pendant laquelle il eut une conduite héroïque. Il fut fait Grand d'Espagne de 1ére classe. Il était officier de réserve de cavalerie. Il obtint le 2 janvier 1933, la reconnaissance de sa noblesse avec autorisation pour lui et ses descendants de continuer à porter le titre de prince avec la qualification d'Altesse Sérénissime. Il mourut à Saint-Benin d'Azy, le 22 décembre 1965. Il épousa à Paris, le 23 octobre 1918, Jacqueline de Lespinay (née à Chantonnay - Vendée, le 9 mars 1889), fille de Zénobe-Alexis, Marquis de Lespinay, député de la Vendée, et de Marie-Thérèse Benoist d'Azy. Elle apporta le château d'Azy. Elle mourut au château d'Azy à Saint-Benin d'Azy. le 13 septembre 1977.
- S.A.S Réginald de Croÿ, Prince de Croÿ et de Solre, naquit à Londres (Grande Bretagne) le 26 septembre 1878. Il fut candidat en Philosophie et Lettres et Licencié en Sciences Politiques. Pendant la guerre de 1914 -1918, il milita dans un réseau d'espionnage en faveur des alliés et eut une conduite noble comme ses frères et sours. Il fut condamné à mort par contumace et sa tête fut mise à prix, il parvint à gagner la Hollande. Au lendemain de la guerre, il entra dans la carrière diplomatique et fut nommé le 16 février 1917 auxiliaire de légation à Londres ; le 12 juillet 1919, auxiliaire à Washington ; attaché de légation le 5 janvier 1920 ; adjoint à Londres le 28 février 1921 ; conseiller de légation à Londres le 1 lévrier 1926 ; Consul Général à Tanger le 30 novembre 1931 ; ministre de Belgique à Stockholm le 10 janvier 1939 ; ambassadeur auprès du Saint-Siège le 30 décembre 1945. Le 30 mars 1949, il démissionna de ses fonctions et fut autorisé à porter le titre honorifique de ses fonctions et fut admis à la retraite. Il obtint le 8 janvier 1934, reconnaissance de noblesse et autorisation de continuer à porter le titre de " Prince " avec la qualification d'Altesse Sérénissime. Il était notamment Chevalier de l'Ordre de la Couronne. (22 novembre 1919) Commandeur de l'Ordre de Léopold. (8 décembre 1945) Grand Officier de l'Ordre de la Couronne. (8 avril 1948) Grand-Croix de l'Ordre de la Couronne de Chêne. (Luxembourg - 5 juillet 1950) Il mourut à Woluwe-Saint-Pierre, le 13 avril 1961. Il épousa à Bruxelles, le 25 octobre 1920, S.A Isabelle, Princesse de Ligne (née à Bruxelles le 23 septembre 1889), fille de S.A le Prince Ernest de Ligne, Prince d'Amblise et d'Epinoy, et de Diane de Cossé-Brissac, femme de Lettres. Elle mourut à Bruxelles, le 11 décembre 1968.

Gepost door: Mork | 12-04-10

Genealogie 23° Génération
Enfants de Léopold de Croÿ et de Jacqueline de Lespinay :
- Elisabeth-Marie-Claire-Léopoldine-Jacqueline,
- Marie-Dorothée-Constance-Denise-Isabelle,
- Emmanuelle-Claire-Constance-Marie,
- Léopold-Emmanuel-Marie-Réginald-Jean-Elie,
- Florence-Paule-Thérèse-Marie-Léopoldine,
- Catherine-Héléne-Isabelle-Marie-Léopoldine,
- Jacqueline-Rose-Marie-Denise-Léopoldine,
- Emmanuella-Thérése-Marie-Anne-Léopoldine.

- S.A.S Elisabeth de Croÿ, Princesse de Croÿ et de Solre dite " Betty ", naquit à Saint-Benin d'Azy le 13 décembre 1921. Célibataire.
- S.A.S Marie-Dorothée de Croÿ, Princesse de Croÿ et de Solre dite " Mimi ", naquit à Saint-Benin d'Azy le 19 août 1924. Elle fut faîte Croix de guerre 1939-1945. Elle épousa à Saint-Benin d'Azy, le 19 octobre 1967, Helmut Haferer (né à Gotha le 11 avril 1945), fils d'Otto Haferer, et d'Edwige Sabatsky. Le mariage est dissous par divorce à Nevers le 18 octobre 1979. Décède à Valotte le 10 mai 2005.
- S.A.S Claire de Croÿ, Princesse de Croÿ et de Solre, naquit à Saint Benin d'Azv, le 22 septembre 1925. Elle mourut à Londres le 14 avril 2000. Elle épousa à Saint-Benin d'Azy, le 22 juillet 1955, Richard Tyser (né à Chelsea, Angleterre, le 16 janvier 1930), fils de Walter-Parkins Tyser, et de Jessie Quill. Le mariage fut dissous par divorce à Londres le 27 janvier 1967.
- S.A.S Léopold de Croÿ, Prince de Croÿ et de Solre, naquit à Saint-Benin d'Azy le 17 novembre 1926. Il mourut à Bruxelles le 7 juillet 1997. Il épousa à Saint-Gilles lez Bruxelles (Belgique), le 23 novembre 1956, Monique-Maria-Marce-Gobertine Jeanne d'Arc Minette d'Oulhaye (née à Bruxelles le 25 avril 1923), fille de Marc Minette d'Oulhave, et d'Elisabeth, Comtesse d'Aspremont-Lvnden. Elle mourut à Bruxelles, le 12 décembre 1979 ; les funérailles eurent lieu à Solre-le-Château.
- S.A.S Florence de Croÿ, Princesse de Croÿ et de Solre, naquit à Saint-Benin d'Azy le 14 décembre 1927. Elle épousa à Saint-Benin d'Azy, le 22 juillet 1955, Léopold, Comte de Lannoy (né à Woluwe-Saint-Pierre le 10 novembre 1926), capitaine de réserve de troupes blindées, fils de Maurice-Joseph-Antoine, Comte de Lannoy, et de Louise-Ghislaine-Andrée-Charlotte, Vicomtesse de Spoelberch. (Descendance : Boissonnat-Duban, Kenyane de Mérendré).
- S.A.S Catherine de Croÿ, Princesse de Croÿ et de Solre, naquit au château d'Azy à Saint-Benin d'Azy le 1° avril 1929. Elle mourut à Paris le 10 mai 1992. Célibataire.
- S.A.S Jacqueline-Rose de Croÿ, Princesse de Croÿ et de Solre, naquit à Saint-Benin d'Azy le 8 août 1930. Elle épousa à Saint-Benin d'Azy. le 23 juin 1962, Silvano-José de Freitas Branco, 2° Vicomte de Porto da Cruz (né à Funchal, Madère, le 29 septembre 1925), fils d'Alfredo-Antonio de Castro de Freitas Branco, et de Beatriz Tavares d'Almeida Carviallio Freitas Branco. (Descendance : Porto do Cruz)
- S.A.S Emmanuella de Croÿ, Princesse de Croÿ et de Solre, naquit à Saint-Benin d'Azy, le 22 février 1932. Elle épousa à Saint Benin d'Azy, le 7 janvier 1971, Olivier Charbonneaux (né à Saint-Dizier le 12 décembre 1942) fils de Michel Charbonneaux, et de Geneviève Guyard.

Gepost door: Mork | 12-04-10

Genealogie 4 24° Génération
Enfants de Léopold de Croÿ et de Monique d'Oulhave :
- Emmanuel-Léopold-Jean-Marc-Réginald-Marie-Gobert,
- Henri-Jean-Humbert-Marie-Gobert,
- Jacqueline-Constance-Marie-Elisabeth-Gobertine,
- Eléonore.

- S.A.S Emmanuel de Croÿ, Prince de Croÿ et de Solre, naquit à Uccle (Belgique) le 28 août 1957. Il épousa à Paris VII° le 23 mai 1985. Marie-Louise Urribe-Gaviria (née à Bogota, Colombie, le 20 septembre 1954), fille de Diego Urribe Vargas et de Emma Gaviria Lievano.
- S.A.S Henri de Croÿ, Prince de Croÿ et de Solre, naquit à Nevers le 28 septembre 1958. Il épousa à Solre (Nord), le 25 juin 1994, Maria del Socorro Patino Fernandez de Cordoba (née à Popayan, Colombie, le 6 février 1964), fille de Lucien Patino Alvarez et de Maria del Socorro Fernandez de Cordoba.
- S.A.S Jacqueline de Croÿ, Princesse de Croÿ et de Solre, naquit à Uccle le 10 mai 1960.
- S.A.S Eléonore de Croÿ, Princesse de Croÿ et de Solre, naquit à Uccle le 13 août 1964.

Gepost door: Mork | 12-04-10

Mardi 7 juillet 2009
07 juillet: Léopold Emmanuel DE CROY-SOLRE
Léopold Emmanuel
DE CROY-SOLRE


S.A.S Léopold Emmanuel Marie Réginald Jean Elie de Croÿ-Solre

Prince de Croÿ et de Solre

Né le 17 novembre 1926 à Saint-Benin d'Azy (58)
Décédé le 7 juillet 1997 à Bruxelles à l'âge de 70 ans

Parents
Léopold de Croÿ, prince de Croÿ-Solre 1877-1965
Jacqueline de Lespinay 1889-1977

Il épousa à Saint-Gilles lez Bruxelles (Belgique) le 23 novembre 1956, Monique-Maria-Marce-Gobertine Jeanne d'Arc Minette d'Oulhaye (née à Bruxelles le 25 avril 1923) fille de Marc Minette d'Oulhave, et d'Elisabeth, Comtesse d'Aspremont-Lvnden. Elle mourut à Bruxelles, le 12 décembre 1979; les funérailles eurent lieu à Solre-le-Château
Ils eurent 4 enfants:

Emmanuel Léopold Jean Marc Réginald Marie Gobert de Croÿ Prince de Croÿ et de Solre.Né le 28 août 1957 à Uccle (Belgique)Il épousa à Paris VII° le 23 mai 1985 Marie-Louise Urribe-Gaviria (née à Bogota en Colombie le 20 septembre 1954), fille de Diego Urribe Vargas et de Emma Gaviria Lievano.

Henri Jean Humbert Marie Gobert de Croÿ. Né le 28 septembre 1958 à Nevers(58)Il épousa à Solre (Nord)le 25 juin 1994, Maria del Socorro Patino Fernandez de Cordoba (née à Popayan en Colombie, le 6 février 1964) fille de Lucien Patino Alvarez et de Maria del Socorro Fernandez de Cordoba.

Jacqueline Constance Marie Elisabeth Gobertine de Croÿ. Née le 10 mai 1960 à Uccle(Belgique)

Marie Eléonore Diane Gobertine de Croÿ. Née le 13 août 1964 à Uccle (Belgique)


Par Yann Sinclair

Gepost door: Mork | 12-04-10

Le Prince Réginald de Croÿ Le Prince Réginald de Croÿ aida ensuite Louise Thuliez et Marie Henriette Moriamé à transporter, principalement la nuit, les soldats britanniques pour qu'ils rejoignent l'armée française. La Princesse Marie de Croÿ a accueilli de nombreux soldats pour les soigner, au château de Bellignies, propriété des Princes de Croÿ, près de Bavay, avec l'aide de Louise de Bettignies, avant de les transporter.
En novembre 1914, le château de Bellignies étant tellement rempli de soldats, elle essaya de les convaincre de se rendre aux Allemands. Mais elle apprit alors que la famille de Belleville de Montignies amenait des soldats à l'institut d'Edith Cavell par une route d'évasion. Les soldats ont alors reçu des vêtements civils et de faux papiers d'identité, puis ont été guidés jusqu'à Bruxelles. Ce réseau d'évasion a fonctionné de novembre 1914 à juillet 1915.
Louise Thuliez est arrêtée le 31 juillet 1915 puis transportée à la prison de Saint-Gilles à Bruxelles, en Belgique, où fut également emprisonnée Louise de Bettignies, sa comparse. Edith Cavell fut arrêté le 5 août, la Comtesse de Belleville le 24 août et la Princesse de Croÿ le 6 septembre. Marie Henriette Moriamé et les autres collaborateurs du Nord de la France ayant échappé de façon providentielle à l'arrestation. Le 11 octobre, le verdict tombe, trois peines de mort sont prononcées : pour Édith Cavell, pour la Comtesse Jeanne de Belleville et pour Louise Thuliez. La Princesse Marie de Croÿ a été condamnée à dix ans de travaux forcés. Le lendemain, Édith Cavell est exécutée. Plus tard, les deux autres condamnations seront transformées en travaux forcés à vie, grâce aux interventions du roi d'Espagne, de l'ambassadeur de France et du Pape Benoît XV.

Gepost door: Mork | 12-04-10

The Battle of Narva Conflict & Date:

The Battle of Narva was fought November 30, 1700, during the Great Northern War (1700-1721).

Armies & Commanders:

Sweden

King Charles XII
8,500 men

---

Russia

Duke Charles Eugène de Croy
30,000-37,000 men

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Battle of Narva Background:

In 1700, Sweden was the dominant power in the Baltic. Victories during the Thirty Years' War and subsequent conflicts had enlarged the nation to include territories ranging from northern Germany to Karelia and Finland. Eager to combat Sweden's power, its neighbors of Russia, Denmark-Norway, Saxony, and Poland-Lithuania conspired to attack in the late 1690s. Opening hostilities in April 1700, the allies intended to strike Sweden from several directions at once. Moving to meet the threat, 18-year old King Charles XII of Sweden elected to deal with Denmark first.

Leading a well-equipped and highly trained army, Charles launched a bold invasion of Zealand and began marching on Copenhagen. This campaign forced the Danes out of the war and they signed the Treaty of Travendal in August. Concluding business in Denmark, Charles embarked with around 8,000 men for Livonia in October with the intention of driving an invading Polish-Saxon army from the province. Landing, he instead decided to move east to aid the city of Narva which was threatened by Tsar Peter the Great's Russian army.

The Battle of Narva:

Arriving at Narva in early November, Russian forces began laying siege to the Swedish garrison. Though possessing a core of well-drilled infantry, the Russian army had not yet been fully modernized by the tsar. Numbering between 30,000 and 37,000 men, the Russian force was arrayed from south of the city in a curved line running to the northwest, with their left flank anchored on the Narva River. Though aware of Charles' approach, Peter departed the army on November 28 leaving Duke Charles Eugène de Croy in command. Pressing east through bad weather, the Swedes arrived outside the city on November 29.

Forming for battle atop Hermansberg hill a bit more than a mile from the city, Charles and his chief field commander, General Carl Gustav Rehnskiöld, prepared to assault the Russian lines the next day. Opposite, Croy, who had been alerted to the Swedish approach and relatively small size of Charles' force, dismissed the idea that the enemy would attack. On the morning of November 30, a blizzard descended across the battlefield. Despite the foul weather, the Swedes still prepared for battle, while Croy instead invited the majority of his senior officers to dinner.

Around midday, the wind shifted to the south, blowing the snow directly into the Russians' eyes. Spotting the advantage, Charles and Rehnskiöld began advancing against the Russian center. Using the weather as cover, the Swedes were able to approach to within fifty yards of the Russian lines without being spotted. Surging forward in two columns, they shattered the troops of General Adam Weyde and Prince Ivan Trubetskoy and broke Croy's line in three. Pressing home the assault, the Swedes forced the surrender of the Russian center and captured Croy.

On the Russian left, Croy's cavalry mounted a spirited defense but was driven back. In this part of the field, the retreat of Russian forces led to the collapse of a pontoon bridge over the Narva River which trapped the bulk of the army on the west bank. Having gained the upper hand, the Swedes defeated the remnants of Croy's army in detail through the rest of the day. Looting the Russian camps, Swedish discipline wavered but the officers were able to maintain control of the army. By morning, the fighting had ended with the destruction of the Russian army.

Aftermath of Narva:

A stunning victory against overwhelming odds, the Battle of Narva was one of Sweden's greatest military triumphs. In the fighting, Charles lost 667 killed and around 1,200 wounded. Russian losses were approximately 10,000 killed and 20,000 captured. Unable to care for such a large number of prisoners, Charles had the enlisted Russian soldiers disarmed and sent east while only the officers were kept as prisoners of war. In addition to the captured arms, the Swedes captured nearly all of Croy's artillery, supplies, and equipment.

Having effectively eliminated the Russians as a threat, Charles controversially elected to turn south into Poland-Lithuania rather than attack into Russia. Though he won several notable victories, the young king missed a key opportunity to take Russia out of the war. This failure would come to haunt him as Peter rebuilt his army along modern lines and eventually crushed Charles at Poltava in 1709.

----

Selected Sources

History of War: Battle of Narva
Estonian War Museum: Battle of Narva
War of the Spanish Succession
Battle of Blenheim
Battle of Ramillies
Duke of Marlborough
French & Indian War
Battle of the Monongahela
Siege of Louisbourg
Battle of Quebec (1759)
English Civil War
Battle of Cropredy Bridge
Battle of Marston Moor
Battle of Naseby
Related Articles
Battle of Naseby - English Civil War Battle of Naseby
Battle of Poltava - Great Northern War Battle of Poltava
Battle of Svensksund - Russo-Swedish War Battle of Svensksund
Battle of Nancy - Burgundian Wars Battle of Nancy
Battle of Eylau - Napoleonic Wars Battle of Eylau

Gepost door: Mork | 12-04-10

The Battle of Narva
The Battle of Narva was an early battle in the Great Northern War fought in November of 1700. The Swedish army under Charles XII of Sweden (Karl XII in Swedish) crushed a Russian force four times its size, commanded by Peter the Great. Narva marked the peak of Swedish power on the continent, with Russia eventually finding decisive victories to end the conflict. The fight at Narva was a massive defeat for Russia.
Prelude

During the 17th century, Russia was less advanced than the rest of Europe. This extended to their armed forces.. Peter the Great was keen to expand his territory by conquering parts of the Swedish Baltic provinces. Russia joined an alliance with Denmark-Norway, Poland and Saxony to wage war against Sweden whereupon all four countries attacked Sweden from several directions.

Charles XII, assisted by the Royal Navy and the Dutch Navy, first landed in Humlebaek north of Copenhagen and forced Denmark-Norway to leave the alliance (until 1709). He then moved part of the Swedish army across the Baltic Sea to Estonia where it was joined by Estonian and Finnish regiments of the Swedish army.

The new Russian Tsar, Peter I, would drastically modernize Russia in the coming years, but the army with which he traveled in 1700 was still poorly drilled. Peter had employed foreign generals and officers to improve his armed forces, but they were still far from seasoned. Sweden, on the other hand, possessed a well-drilled and well-equipped army. Charles XII of Sweden had the most complete military force in northern Europe, even if it wasn't the biggest, and Peter envied its capabilities.

During November, Russian troops surrounded the Swedish city of Narva in Estonia (part of Sweden at the time), attempting to secure its surrender via siege. A Saxon-Polish army commanded by August II and Steinau was outside Riga in Swedish Livonia. The Saxon-Polish army however had gone into winter camp south of river Daugava so Charles XII decided to deal with the more immediate Russian threat against Narva.

King Charles moved to relieve the city and push Peter's forces back into Russia.
The battle

On November 30, 1700 (November 20 in the Swedish transitional calendar), Charles XII positioned his 8,140 men opposite the besieging Russian army of about 37,000 troops.

The Swedish army was commanded personally by Charles XII, assisted by General Carl Gustav Rehnskiöld. The Russian forces were commanded by Tsar Peter and Charles Eugène de Croy. Claiming important domestic events in Russia to which he was required to attend, Peter had left Narva just days before and was therefore not present during the actual fighting. He trusted that his commanders would draw success from the battle, and presumed that Charles XII would not immediately attack his well fortified forces of superior number. Some interpretations view his flight from Narva days before the battle an act of cowardice; most of Europe mocked the Tsar after the battle for his departure. However, some scholars believe this accusation has little merit, as the Tsar had purportedly placed himself in physical danger too many times previously for his flight to be out of cowardice.

For much of the day, a blizzard engulfed both armies, making attacks impossible. However, at midday, the winds changed and the snowstorm blew directly into the eyes of the Russians. Charles XII saw his opportunity and advanced on the Russian army under cover of the weather. The Swedes quickly broke through the Russian lines in several places, scattering their opponents, who could offer little resistance. In the chaos, some of the Russian soldiers killed their foreign officers, whom they hated. At one crucial point, a bridge over river Narva collapsed under retreating Russian troops. The bulk of the Russian army was trapped on the Estonian side of the river.

At dawn, it was clear that the Swedish army had won a stunning victory, but the force was relatively small and they had advanced on Narva in marches with scarce supplies for two days. One Swedish cavalry officer suddenly found himself in front of a fully armed Russian infantry company. He signed to them to lay down their arms, and they obliged. The Swedish troops discovered not only food in the Russian camp, but also liquor. Drunkenness broke out in the Swedish ranks. Nevertheless, the Swedish command managed to retain basic control of the army, however the overall number of Russian prisoners of the war were far too great to handle for the Swedish force. Consequently, common soldiers and NCO's were disarmed and sent back to Russia. Only Russian officers were made prisoners of war. In the end the Russian army was utterly defeated and the Swedes retained Narva.

The Russian surrender brought to Charles XII's army all of Peter's cannons, muskets and military supplies. This left Russia's remaining armed forces with essentially no equipment. If Sweden, or any other aggressor, had invaded Russia immediately after Narva, Peter would have been almost powerless to stop them.
Second battle

Four years after the first battle of Narva, Tsar Peter marched again in an attempt to capture Narva. Peter marched with 45,000 men. The garrison of Narva was under the Commandant Major-General Henning Rudolf Horn af Ranzien and consisted of 3,800 infantry and 1,300 cavalry. The Russians made a three-fronted attack and after a long battle they took Narva. General Horn, several officers and a large number of Swedish soldiers were captured, with about 3,200 casualties. The Russians, though successful, also suffered heavy losses — 13,000 men during the siege and final attack.

The source of this article is wikipedia, the free encyclopedia

For other Battles of Narva, see Battle of Narva (disambiguation).

Gepost door: Mork | 12-04-10

De commentaren zijn gesloten.